Infections urinaires : causes, symptômes, traitement et prévention

Les infections urinaires représentent une des infections souvent rencontrées, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Toutefois, les femmes sont plus nombreuses à en être affectées que leur homologue masculin. Cette infection peut s’attaquer à différents organes du système urinaire, causant douleurs et brûlures.

Quels sont ses symptômes et comment en venir à bout ? Les éléments de réponse dans les parties qui suivent.

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

L’infection urinaire, ou cystite, est une infection qui touche un organe du système urinaire. Elle peut être aiguë ou chronique. La vessie, l’urètre, la prostate et le rein sont ceux qui peuvent être affectés. La vessie qui sert de réservoir d’urine, l’urètre qui permet de l’évacuer, les reins qui s’occupent de l’élimination des déchets et la prostate qui est située autour de l’urètre. Cette infection peut s’attaquer à un ou plusieurs organes du système urinaire.

infection urinaire

Quelles sont les origines de ces infections urinaires ?

L’infection urinaire est provoquée par une bactérie appelée Escherichia coli. Chez la femme, celle-ci se développe d’abord dans l’urètre avant de se propager dans la vessie où elle va se multiplier. C’est à partir de là que les signes de l’infection cystite commencent à apparaître. Vous pouvez d’ailleurs vous renseigner sur ces symptômes en allant sur un site d’information sur l’infection urinaire.

Différents facteurs peuvent être à l’origine de ces infections urinaires, chez l’homme comme chez la femme.

Chez la femme

Plusieurs situations favorisent le développement de cette bactérie chez la femme, générant les infections urinaires :

  • Les facteurs anatomiques

Chez la femme, le vagin, l’anus et le méat urétral, l’orifice externe de l’urètre, sont proches. Cette proximité permet facilement le passage des germes de l’urètre à l’anus et inversement. L’urètre de la femme est également plus court et plus large. Tout ceci augmente le risque, pour une femme, d’avoir des infections urinaires.

  • L’hygiène intime

Les douches vaginales et l’utilisation de savons qui contiennent des éléments agressifs sont source d’infections urinaires. Elles entraînent en effet un déséquilibre de la flore vaginale, favorable au développement des infections.

  • Les rapports sexuels

Les rapports sexuels sont parfois à l’origine d’une infection bactérienne dans l’urètre. L’utilisation de contraceptifs locaux favorise également ces infections. Le diaphragme gêne par exemple l’évacuation de la vessie. De même, les dispositifs qui contiennent un gel spermicide provoquent cette infection. Cet élément perturbe en effet l’équilibre de la flore vaginale.

  • La grossesse

Une femme, bien qu’elle n’ait pas été affectée par une cystite auparavant, peut la développer pendant sa grossesse. Les modifications physiologiques, les mictions fréquentes, le poids du bébé sur la vessie et la compression de celle-ci par l’utérus sont autant de facteurs qui favorisent les infections urinaires.

Les troubles hormonaux provoquent également cette infection. La composition de l’urine est en effet modifiée par ces changements hormonaux. Elle devient moins acide, rendant l’urètre moins tonique. Cet état favorise la prolifération des bactéries vers la vessie.

En outre, une femme atteinte d’un diabète gestationnel a un risque élevé de contracter cette infection. Les urines contenant du sucre attirent les bactéries et favorisent leur développement.

  • La ménopause

À partir de 50 ans, le taux d’oestrogènes diminue chez la femme. Elle permet pourtant le développement des bactéries responsables des infections urinaires.

Par ailleurs, avec l’avancée de l’âge, la femme subit ce que l’on appelle le prolapsus génital. Il est causé par l’affaiblissement des muscles et des ligaments qui doivent maintenir les organes à leur place. Il se manifeste par une descente de ces organes vers le vagin. Ce prolapsus empêche que la vessie soit complètement vidée.

  • Le manque d’eau

Uriner abondamment permet d’évacuer les germes à l’origine des infections urinaires. Le manque d’eau empêche donc une meilleure évacuation de ces germes. Par ailleurs, pendant les périodes de forte chaleur, la cystite a tendance à apparaître facilement. Par l’effet de la chaleur, les transpirations sont abondantes. On urine moins en revanche.

  • La constipation

La constipation entraîne une stagnation des urines dans la vessie. Tout autre facteur qui provoque cette stagnation d’urine favorise également les infections urinaires.

Chez l’homme

La longueur de l’urètre masculin fait que les hommes sont moins sujets à des infections urinaires. Elles peuvent toutefois provenir d’un tout autre facteur. Elles surviennent souvent à l’âge de 50 ans, dues à une diminution des sécrétions de la prostate.

Les infections de la prostate, comme la prostatite ou l’hypertrophie bénigne, favorisent également la cystite. Elles empêchent la vessie de se vider complètement.

Diabètes, calculs urinaires ou tumeurs urinaires sont également à l’origine d’une cystite chez l’homme comme chez la femme.

Quels sont les symptômes d’une cystite

La cystite se manifeste souvent par des sensations de brûlure et de douleurs lorsqu’on urine. Elles s’accompagnent d’un besoin urgent et d’une envie fréquente d’uriner, de fuites urinaires, d’urines malodorantes et troubles. Il arrive également que du sang se trouve dans les urines de la personne qui en est affectée.

Le diagnostic reste cependant le moyen le plus sûr pour détecter ces infections urinaires. Il se fait via un échantillon d’urine.

Comment traiter les infections urinaires ?

Le traitement par antibiotiques reste le plus efficace pour venir à bout d’une cystite, généralement à travers des prises pluriquotidiennes pendant plusieurs jours. Ce traitement peut également se faire par prise unique, selon le cas. Sa durée varie ainsi en fonction des patients et des caractéristiques de la bactérie.

Des remèdes naturels existent également. L’ortie, la canneberge et l’échinacée en font partie.

Comment prévenir une infection urinaire ?

Une hygiène de vie plutôt basique permet de prévenir les infections urinaires : boire beaucoup d’eau. Un geste qui facilite l’évacuation des germes. Il faut également éviter de retenir ses envies d’uriner pendant longtemps.

En ce qui concerne la toilette intime, les hygiènes trop rigoureuses sont à éviter chez la femme. Pour laver les parties génitales, celle-ci doit toujours aller de l’avant vers l’arrière. Il en est de même pour s’essuyer. Après une selle ou après avoir été uriné, elle doit maintenir ce geste pour nettoyer les zones vulvaire et anale.

Les infections urinaires peuvent par ailleurs se développer chez les enfants et le bébé. Pour les prévenir, il est important de laver les parties génitales de l’enfant après ses besoins, ou après un changement de couche chez les plus jeunes. Les petites filles doivent également apprendre les mêmes gestes d’hygiène qu’une adulte. Il est nécessaire de cultiver cette habitude chez elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *